Les Amis de l'orgue de Québec


Casier Postal 697, succursale Haute-Ville
Québec, QC
G1R 4S2


retour à la page principale


Historique

Texte de Irène Brisson

Petite histoire de l'orgue à Québec

Lors de la fondation des « Amis de l'orgue » en 1966, l'instrument auquel nous rendons hommage est ancré depuis plus de trois cents ans dans les traditions de la capitale: l'histoire de l'orgue à Québec remonte en effet aux années 1657-1660, alors que l'église qui deviendra la basilique Notre-Dame se dote de son premier instrument. De l'anonymat des premiers organistes québécois se détache le nom de Louis Jolliet (1645-1700), assurément plus connu comme explorateur que comme musicien, mais dont on sait qu'il touchait l'orgue de la cathédrale et qu'il « avait montré à en jouer à plusieurs personnes du Séminaire ». Au fil du XVIIIe siècle, malgré la guerre et le changement de régime qui s'ensuit, l'orgue conserve ses adeptes, notamment parmi les prêtres et les élèves du Petit Séminaire.

Quelques organistes étrangers, qui joueront un rôle important dans l'histoire de la musique, s'installent à Québec au XIXe siècle: l'Allemand Théodore Molt, puis le Français Antoine Dessane (condisciple de César Franck au Conservatoire de Paris). La transition avec le XXe siècle est assurée par la dynastie des Gagnon: Ernest, Gustave et Henri, auxquels s'ajoutent Omer Létourneau (à Saint-Sauveur) et Joseph-Arthur Bernier (à Saint-Jean-Baptiste). Chacun de ces musiciens a contribué à consolider une tradition sans laquelle la vie musicale d'aujourd'hui ne serait pas tout à fait ce qu'elle est.

Les Amis de l'orgue de Québec

Si, dès le milieu du XIXx siècle, des cercles culturels et des sociétés de concerts s'organisent à Québec, il n'existe rien de semblable dans le domaine de l'orgue, l'instrument étant principalement réservé aux cérémonies religieuses. En dehors de quelques activités dues aux organistes titulaires les plus en vue, c'est la Société Casavant de Montréal qui, de 1936 à 1953, comble ce vide en présentant des concerts d'orgue à travers la province.

En 1960, est fondée à Montréal, la société Ars Organi. À Québec, il faut attendre 1966 pour que l'idée d'une véritable association regroupant les passionnés d'orgue fasse son chemin. L'élément déclencheur en est le concert donné par l'organiste suisse Lionel Rogg le 23 mai de cette même année en l'église Saints-Martyrs-Canadiens. Le succès remporté par cette initiative de l'abbé Antoine Bouchard (lui-même organiste) aboutit l'automne suivant à une véritable association, présidée par le ténor et réalisateur à Radio-Canada, Pierre Boutet.

Les Amis de l'orgue de Québec se donnent pour objectif de «grouper les amateurs de la musique d'orgue de Québec et des environs pour leur présenter des manifestations artistiques de qualité, autour du roi des instruments, qu'il s'agisse de concerts, de conférences ou de visites d'instruments». Ce dernier volet de leurs activités, les Amis de l'orgue le réaliseront dès 1969 en organisant des visites commentées, agrémentées de récitals sur différents instruments de la région.

Au nombre des fondateurs figurent Jean-Marie Bussières, Marius Cayouette, Claude Lagacé, Claude Lavoie, Matthias Pelletier et Paul-Emile Talbot.

Comme l'écrivait Marc Samson (Le Soleil, 14 décembre 1966), « la fondation d'une association de ce genre répondait à un besoin car, chose étonnante, les concerts d'orgue sont parmi ceux qui réussissent à réunir le plus grand nombre d'auditeurs à Québec ». Les Amis de l'orgue de Québec confirment leur rôle dans la société québécoise puisque leurs concerts attirent en moyenne deux mille personnes par année. En 1973, plus de sept cents personnes viennent écouter Marie-Claire Alain aux Saints-Martyrs-Canadiens.


La première véritable saison des Amis de l'orgue de Québec est inaugurée le 13 septembre 1966 avec un concert d'Antoine Reboulot, auquel succéderont Raymond Daveluy, Jean-Marie Bussières et Claude Lavoie.

Dès le commencement, les Amis de l'orgue affichent une programmation de haut calibre : Bach est à l'honneur, mais aussi les maîtres anciens (Frescobaldi, Scheidt), les organistes baroques d'Allemagne du Nord (Buxtehude), les Français, tant baroques (Grigny, Couperin) que modernes (Vierne, Alain, Dupré, Litaize, Messiaen), de même que les grands romantiques (Liszt, Franck) et les avant-gardistes (Ligeti). En 1974, les Amis de l'orgue de Québec ont droit à la première audition au Canada des Méditations sur les mystères de la Sainte-Trinité de Messiaen, par l'ontarien Frederick Mooney.

Grâce aux Amis de l'orgue, les Québécois auront eu l'occasion de cerner à peu près tout ce qui s'est écrit pour l'orgue, de la Renaissance à nos jours, et d'apprécier les talents d'improvisateur de quelques-uns de leurs invités, dont Raymond Daveluy, Antoine Reboulot, Richard Gagné et Pierre Pincemaille.


Place aux jeunes organistes

Dès leurs premières saisons (les billets se vendent alors un et deux dollars), les Amis de l'orgue de Québec attirent beaucoup de jeunes aux concerts, suscitant par le fait même bien des vocations. Dans les années 1970, le Conservatoire et l'école de musique comptent en effet une quarantaine d'élèves en orgue, ce qui ne s'était jamais vu!

Avant l'instauration des Amis de l'orgue,

    «nos jeunes organistes, au seuil de la carrière ne pouvaient se faire entendre en concert à Québec. Par exemple, Kenneth Gilbert, qui avait remporté le prix d'Europe en 1953 dans la ville de Québec, n'était invité à y donner un concert qu'en 1970».

    (Normand Picard, secrétaire-général des Amis de l'orgue du Québec, programme anniversaire du concert du 19 mars 1977)

En 1970, des échanges entre Ars Organi et les Amis de l'orgue combleront cette lacune en invitant de jeunes organistes de Montréal et de Québec: parmi eux, Réjean Poirier, Gordon Murray, Jean Morissette, Yvon Larrivée. Pendant quelques années,une section autonome des Jeunes Amis de l'orgue servira de tremplin à de nombreux musiciens prometteurs, dont Louise Fortin, André Laberge, Hélène Dugal, Jean-Eudes Beaulieu, Denis Bédard.

La tradition d'inviter chaque année un jeune organiste diplômé reste une des priorités des Amis de l'orgue comme en témoignent les concerts très remarqués des deux premiers lauréats du Concours d'orgue de Québec, Gilles Rioux (1992), André Gagnon (1996) et Nathalie Gagnon (1998).

Quelques événements marquants

Dès 1968, les Amis de l'orgue organisent un «festival d'orgue»,en présentant deux éminents interprètes: l'Américain Robert Noehren, dont L'Action (24 avril) souligne le jeu «d'une limpidité, d'une force et d'une maîtrise qui nous rendent les oeuvres dans leur plus pure intensité», et le Français Michel Chapuis, une des figures dominantes de la jeune génération de son temps.

    «En deux ans, la Société des Amis de l'orgue a remis Québec sur la carte des grands interprètes»

    (Marc Samson, Le Soleil, 20 avril 1968)

Au fil des années, les Amis de l'orgue participeront à de nombreux événements, en aidant à la fondation des Amis de l'orgue de Rimouski (1971), en contribuant par exemple à organiser une tournée de concerts de Gaston Litaize au Québec (1972), ou en invitant André Marchal à inaugurer les grandes orgues de la basilique de Québec, restaurées par la maison Cavelier de Buffalo (19 novembre 1974).

En 1974 et en 1975 est présentée l'intégrale de l'oeuvre d'orgue de Bach. La première partie rend hommage au diocèse de Québec pour son troisième centenaire. Les organistes de cet ambitieuse réalisation sont Mireille Lagacé, Jacques Montgrain, Gaston Arel, Antoine Reboulot, Noëlla Genest, Sylvain Doyon, Antoine Bouchard, Monique Gendron, Lucienne L'Heureux-Arel, Robert Girard, Lucien Poirier, Raymond Daveluy,et Bernard Lagacé. Ce dernier jouera également, à deux reprises, l'Art de la Fugue pour les Amis de l'orgue de Québec.

En 1979, Louise Fortin à l'orgue et un choeur d'homme dirigé par Paul Cadrin interprèteront la Messe des Paroisses de Couperin en alternance avec une messe en plain-chant de Henry Dumont, reconstitutant une tradition remontant au Grand Siècle de Louis XIV. En 1992, Antoine Bouchard et la chorale de Saint-Ambroise de Loretteville adopteront la même démarche, avec la Messe d'orgue de Gaspard Corrette.

Le 4 mars 1981, aura lieu la création, par Robert Girard, d'une oeuvre commandée par les Amis de l'orgue: le Cérémonial d'orgue pour la fête de la Transfiguration du compositeur québécois Marc Gagné. Le 9 décembre 1983, une autre activité insolite prendre place aux Saints-Martyrs-Canadiens, avec un concert orgue et percussion, confié à Hugh McLean et à André Morin.

à l'approche de leur vingtième anniversaire, les Amis de l'orgue s'associent avec les Grandes heures de l'orgue symphonique français pour offrir, en 1986, au public de Québec, les six symphonies de Louis Vierne. Jacques Boucher, Antoine Reboulot, Aline Daveluy, Jean-Guy Proulx, Denis Regnaud, Jacquelin Rochette en seront les interprètes.

En 1995, les mêmes sociétés unissent à nouveau leurs effort pour un autre défi: la présentation, en cinq concerts, des dix symphonies de Charles-Marie Widor en l'église Saint-Roch. Il en coûtera au public la modique somme de quarante dollars pour cette série réunissant Jacquelin Rochette, Gilles Rioux, Benjamin Waterhouse, Jean-Guy Proulx et Jacques Boucher.

Entre-temps, en 1990, Sylvain Caron aura souligné, en l'église Saint-Jean-Baptiste, le centenaire de la mort de César Franck avec une intégrale de son oeuvre en deux concerts.

Toutes ces réalisations prestigieuses vaudront aux Amis de l'orgue d'être, en 1994, finalistes au prix d'excellence de la culture de Québec (Prix de la Ville de Québec).

Pour fêter leur 30e anniversaire, les Amis de l'orgue ont présenté, le 21 mai 1997, un concert qui avait quelque chose d'inédit. En effet, l'orchestre symphonique de Québec, sous la direction de Gilles Auger et l'organiste de renom Raymond Daveluy, en collaboration avec la Société Radio-Canada à Québec ont présenté la 3e symphonie (pour orgue et orchestre) de Saint-Saëns de même que le Concerto, en mi majeur, pour orgue et orchestre de Daveluy.


Les présidents des Amis de l'orgue de Québec
1966-1986Pierre Boutet
1986-1988Claude Beaudry
1988-1989Alphonse Fortin
1989-1993Marc-Aurèle Thibault
1993-1997Gilles Carignan
1998-1999Marc-Aurèle Thibault
1999-2001Gaston Paradis
2001-2010Claude Beaudry
2010-Richard Paré

retour au début de la page


Conseil d'administration 2015-2016

Le conseil d'administration comprend les membres suivants élus lors de la dernière assemblée générale du 25 novembre 2015:

PrésidentRichard Paré
Vice-présidenteEsther Clément
TrésorierMichel Boucher
SecrétaireRobert Gosselin
CoordonnateurÉric Vachon
Responsables des communicationsEmmanuel Bernier et Esther Clément
Conseillers Andréanne Bolduc, Jean-Charles Castilloux, Louise Fortin-Bouchard, Paul Grimard, Alain LeBlond.

retour au début de la page



retour à la page principale retour au début de la page